Rechercher
  • Amélie

Manu et le Yoga



Emmanuel est un jeune père et mari heureux, médecin urgentiste de métier, il aime durant ses temps libres allier les pratiques sportives et culturelles, diverses et variées.


Depuis bientôt une année, il vient pratiquer le Yoga, au sein de Yogaa au Studio Kalâa à Fréjus, et c'est avec plaisir que je partage avec vous son témoignage.




Ses débuts


" J’ai commencé le Yoga il y a un an, à Strasbourg, avec une jeune professeur.

Elle commençait à donner des cours de Yoga Vinyasa dans la box de Crossfit que je fréquentais depuis peu de temps.



Cela faisait bien longtemps que je souhaitais essayer le Yoga, mais je n’étais pas très à l’aise avec l’idée d’aller seul à un cours, et aucun de mes potes ne voulait m’accompagner... puis je me suis installé dans le Sud de la France.


Mon père pratique une forme très simple de Hatha Yoga depuis plus de 40 ans, donc je n’avais pas d’a priori sur la discipline.

J’avais par contre beaucoup d’a priori sur les professeurs et certaines formes modernes très en vogue, notamment sur les réseaux sociaux. J’ai beaucoup de mal à concevoir le côté Fitness mis en avant par certaines formes de Yoga, et j’ai encore plus de mal quand j’entends des pratiquants content de leurs prouesses techniques.


Pendant toute la période de mon déménagement de Strasbourg à Fréjus, j’étais obnubilé à chercher tous les cours dispensés dans le secteur.

J’avais peur de ne pas trouver de cours tel que je le concevais mais je suis maintenant serein et rassuré. "


Sa pratique


" Ayant commencé par un Vinyasa plutôt doux ( car nous étions une majorité de débutant), j’adorais la salutation au Soleil un peu plus sophistiquée que celle souvent pratiquée en Hatha, ce qui m’a fait un peu bizarre au début.

C’est dans un second temps que j’ai compris l’importance de l’alignement que l’on travaille en Hatha. Actuellement, je préfère vraiment prendre le temps dans ma posture, justement pour poser calmement ma respiration et atteindre une relaxation plus profonde.


Le Yin Yoga ensuite a été ma deuxième révélation…après celle du Yoga tout court !

Mon premier cours de Yin m’a totalement catapulté ! Pendant plusieurs jours, j’ai ressenti les bienfaits.


J’ai actuellement plus de facilité à faire des petites séances de Yin Yoga en dehors des cours mais pour rien au monde j’arrêterais le Hatha : les postures debout, d’inversion etc…me revitalisent beaucoup.

Idéalement, je pratiquerais plutôt un Hatha le matin et un Yin le soir de façon complémentaire.


Il y a des postures qui me sont plus difficiles que d’autres, je pense notamment à toutes les flexions du bassin comme la pince.

Paradoxalement, les postures difficiles sont extrêmement bénéfiques, et le rôle de la respiration est bluffant pour un débutant à ce moment précis.

Je pense que ces postures sont difficiles à travailler en dehors des cours, car un regard extérieur (notamment sur la respiration) est franchement un atout.



Mes postures préférées sont celles, en réalité, où j’arrive plus aisément à joindre l’alignement, la respiration et le relâchement, elles ne sont pas forcement « faciles » pour autant.

Je citerais peut être la posture du pigeon, pas si simple pour l’homme raide que je suis, mais quelle efficacité pour relâcher les tensions postérieures !



Je porte un intérêt croissant à la méditation mais je ne peux pas prétendre la pratiquer.

Je suis convaincu de ses bienfaits et je fais des auto-séances, disons de « découverte », et j’avoue que j’en ai déjà observé des bénéfices.

Au même titre que pour le Yoga, je ne suis pas trop branché ésotérisme, raison pour laquelle j’ai commencé par m’intéresser à la méditation pleine conscience, qui semble plus adaptée à mon caractère. "


Le Yoga dans son quotidien


" Travaillant dans un milieu plutôt dur, où le stress et les émotions fortes sont omniprésents, j’ai toujours été vu par mes collègues comme quelqu’un « ne stressant pas ».

C’est évidemment faux, et je pense avoir tout simplement cette capacité à ne pas me laisser submerger par mes émotions et « mon stress » au moment de l’action.


En revanche, j’emmagasine cette violence de façon plus ou moins consciente, genèse de forte tensions par la suite.


Le Yoga m’a réellement permis de libérer en douceur cette énergie négative. Je dirais que j’arrive à relâcher la pression beaucoup plus régulièrement et parfois même pendant le travail notamment par un changement de respiration. "


Namaste. Manu

103 vues
YOGAA.png

© 2020 par Yogaa